Dévoilement du sauvetage secret des banques du Canada

April 30, 2012

OTTAWA – Dans une étude dévoilée aujourd’hui par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), les auteurs calculent l’ampleur auparavant secrète de l’aide extraordinaire dont les banques du Canada ont eu besoin au cours de la crise financière.

Selon l’étude réalisée par David Macdonald, économiste principal du CCPA, l’aide accordée aux banques canadiennes a atteint 114 milliards de dollars à son point culminant – soit 3 400 $ par homme, femme et enfant au Canada.

« À un moment donné au cours de la crise, trois des banques du Canada – CIBC, BMO et Banque Scotia – étaient complètement submergées et l’aide du gouvernement dépassait leur valeur marchande, déclare M. Macdonald. Sans l’aide du gouvernement, les banques du Canada auraient connu de sérieuses difficultés. »

Entre octobre 2008 et juillet 2010, les principales banques du Canada ont compté énormément sur les programmes d’aide financière fournie par la Banque du Canada, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et la Réserve fédérale des États-Unis – qui sont toutes intervenues en même temps.

Au cours de toute la période d’aide, les banques du Canada ont déclaré un bénéfice de 27 milliards de dollars au total et les chefs de la direction de chacune des grandes banques était au nombre des dirigeants canadiens les mieux rémunérés. Entre 2008 et 2009, la rémunération totale du chef de la direction de chaque banque a augmenté de 19 % en moyenne.

« Le gouvernement fédéral affirme qu’il offrait aux banques un « soutien à la liquidité », mais pour moi, ça ressemble étrangement à un sauvetage, déclare M. Macdonald. Peu importe le nom qu’on y attache, l’aide que le gouvernement canadien a accordée aux grandes banques du pays était beaucoup plus indispensable que ne le laissait entendre la position officielle. »

Dans l’étude, l’auteur  calcule la valeur de l’aide gouvernementale en analysant des données fournies par la SCHL, le Bureau du surintendant des institutions financières et la Banque du Canada, ainsi que les rapports trimestriels des banques mêmes.

À cause du secret imposé par le gouvernement, l’étude soulève plus de questions qu’elle ne présente de réponses. M. Macdonald demande à la Banque du Canada et à la SCHL de dévoiler les détails complets du montant de l’aide que chaque banque canadienne a reçue, quand elles l’ont reçue et le nantissement qu’elles ont accordé.

« Un secteur bancaire solide et résilient ne peut fonctionner sous le voile du secret. Au nom de la transparence et de la responsabilité, il faut dévoiler les détails de l’aide massive que les banques canadiennes ont reçue des contribuables, affirme M. Macdonald. Il faut resserrer la réglementation du secteur financier afin d’éviter que des mesures semblables soient nécessaires à l’avenir. »

–30–

The Big Banks’ Big Secret: Estimating Government Support for Canadian Banks During the Financial Crisis est disponible sur le site Web du CCPA : http://policyalternatives.ca

Pour en savoir davantage, communiquer avec Kerri-Anne Finn, agente principale des Communications, Centre canadien de politiques alternatives, au 613 563‑1341, poste 306 ou à l’adresse kerri@policyalternatives.ca.

Offices: