Une étude dévoile les villes canadiennes où les frais de garde sont les plus élevés et les plus faibles en 2017

December 11, 2017

OTTAWA — Une nouvelle étude publiée aujourd'hui par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) fait le point sur les villes au Canada où les services de garde d'enfants sont les plus chers et les moins chers. Les tarifs ont augmenté plus rapidement que l'inflation dans 71 % des villes depuis l'an passé et dans 82 % des villes depuis 2014.

Cette étude, la quatrième d'une série lancée en 2014, dresse le portrait annuel des frais médians déboursés par les parents dans les 28 plus grandes villes du Canada pour faire garder leurs nourrissons, leurs bambins et leurs enfants d'âge préscolaire. Et pour la première fois, l'étude présente les frais de garde demandés dans certaines régions rurales.

« Les frais de garde dans une grande partie du Canada augmentent plus rapidement que le taux d'inflation et, au départ, pour beaucoup de familles les services de garde coûtent trop cher », dit David Macdonald, économiste principal au CCPA. « De plus, les listes d'attente pour une place sont généralisées, quoique les frais d'inscription à ces listes diminuent maintenant que l'Ontario les a interdis. Il est évident que les politiques publiques ont une influence sur l'abordabilité des services de garde ».

Quelques résultats de l'étude :

  • C'est dans la grande agglomération urbaine de Toronto et dans le Grand Vancouver que les tarifs sont les plus élevés pour les nourrissons. Les services de garde pour nourrissons sont les plus chers à Toronto, soit 1 758 $ par mois ou 21 096 $ par année. Mississauga et Vaughan en Ontario suivent à plus de 1 400 $ par mois.
  • Le tarif médian pour enfants d'âge préscolaire — le plus grand nombre de places est destiné à ce groupe d'âge — est de 1 212 $ par mois à Toronto. Non loin derrière, autour de 1 000 $ par mois, suivent les villes de : Mississauga, Brampton, Vaughan, Markham, London et Ottawa en Ontario, Calgary en Alberta, Richmond en Colombie-Britannique, Kitchener en Ontario et Vancouver en Colombie-Britannique.
  • Depuis 2014, c'est à Toronto que la hausse des frais de garde pour enfants d'âge préscolaire a été le plus marquée, soit six fois plus rapide que le taux d'inflation (21,4 %). Depuis 2016, la hausse la plus importante des frais de garde pour enfants d'âge préscolaire est survenue à Richmond en Colombie-Britannique, soit une augmentation de 12 % ou 10 fois plus rapide que le taux d'inflation.
  • Les villes québécoises demeurent celles où les frais de garde toutes catégories d'âge confondues sont les moins élevés : 168 $ par mois à Montréal et 183 $ par mois dans les villes de Gatineau, Laval, Longueuil et Québec.
  • De nouvelles données sur les régions rurales de l'Ontario et de l'Alberta indiquent que les frais de garde d'enfants dans ces secteurs ne sont pas beaucoup moins élevés que dans les villes avoisinantes.
  • Les frais de garde les moins élevés sont systématiquement dans les villes du Québec, à Winnipeg et à Charlottetown. Dans ces endroits, les gouvernements ou les autorités fixent de bas tarifs et subventionnent directement les fournisseurs de services, adoptant des politiques qui accordent la priorité à l'abordabilité des services de garde.
  • Dans la plupart des villes sondées, au moins 70 % des garderies ont indiqué tenir une liste d'attente, mais les frais d'inscription à ces listes disparaissent graduellement.

« L'endroit où vivent les familles canadiennes détermine en grande partie si elles auront accès à des services de garde abordables, dit Martha Friendly », directrice générale du Childcare Resource and Research Unit. « Les provinces où les gouvernements fixent les tarifs et subventionnent le fonctionnement des services de garde sont celles où les frais de garde sont le moins élevés à comparer aux endroits où les règles du marché déterminent ce que doivent payer les familles ».

–30–

On peut télécharger le rapport Ça suffit : Les frais de garde d'enfants au Canada en 2017 depuis le site web du CCPA. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Alyssa O'Dell, agente des relations avec le public et les médias : 613-563-1341, poste 307, alyssa@policyalternatives.ca ou cellulaire : 343-998-7575.

Offices: